DOCUMENTATION GRATUITE

Contactez-nous 01.46.00.68.98

© Césibeau

> Conseils > Réforme de la formation : ce qui va changer

La loi « Avenir professionnel » repense profondément le système de formation professionnelle. Nouveaux acteurs, modalités de financement modifiées, alternance facilitée…. On fait le point sur cette loi qui tend à permettre à tous ceux qui le souhaitent de développer leurs compétences. 

DOCUMENTATION GRATUITE

Contactez-nous 01.46.00.68.98

A quoi sert la loi "Avenir Professionnel" ?

Votée le 5 septembre 2018, la loi « Avenir Professionnel »  oeuvre « pour la liberté de choisir son avenir professionnel ». En clair, ce texte de loi devrait faciliter l’accès à la formation professionnelle grâce à des démarches simplifiées, des comptes formation clarifiés et gérables en directement en ligne.

La loi « Avenir professionnel » valorise également l’apprentissage grâce à la mise en place de critères d’admission plus souples, d’une rémunération revue à la hausse et d’une aide à l’accès au permis de conduire, critère non négligeable dans le cadre d’une recherche d’emploi.

Mais ce n’est pas tout. Au-delà de la valorisation et de l’acquisition de compétences plus accessibles, la loi « Avenir Professionnel » veut favoriser l’auto-entrepreneuriat ainsi que la reconversion professionnelle. Comment ? En élargissant les conditions d’éligibilité à l’indemnisation chômage aux salariés démissionnaires et aux travailleurs indépendants.

Enfin, cette loi annonce des mesures en faveur de l’emploi des personnes handicapées. L’OETH (Obligation d’emploi des travailleurs handicapés) est désormais obligatoire pour toutes les entreprises. A savoir 6 % de l’effectif pour les sociétés de plus de 20 salariés.

Ainsi, par la promulgation de cette loi, l’Etat souhaite renforcer et accompagner la liberté des individus dans le choix de leur formation et de leur futur professionnel.

 

Réforme de la formation : les principaux changements

Pour y voir plus clair dans la loi « Avenir professionnel », voici un résumé des principaux changements déjà en place et à venir.

Concernant la formation professionnelle :

  • le CPF (Compte personnel de Formation) s’affichera en euros et non plus en heures. Il sera plafonné à 500 € par an dans la limite de 5 000 € sur 10 ans. Pour les non diplômés, l’accès à de nouvelles compétences sera facilitée avec un plafond de 800€ par an dans la limite de 8 000€ sur 10 ans. Tous vos droits déjà acquis seront convertis automatiquement en euros, à savoir 15 euros par heure.
  • Le CIF (Congé Individuel de Formation)  devient le CPF de transition qui vise à favoriser la reconversion professionnelle.
  • Les financements ne seront plus gérés par des OPCA mais par des Opérateurs de compétences désignés par l’Etat.  Le tout sous l’égide de France Compétences, une institution chargée de répartir les fonds mutualisés au différents acteurs de la formation professionnelle et de l’apprentissage et de réguler les coûts. Mais aussi d’évaluer la qualité des formations.
  • Le Plan de Formation est remplacé par le Plan de développement des Compétences.  L’employeur doit veiller à ce que ses employés soient toujours en capacité d’exercer leur métier en les formant en fonction des évolutions technologiques.

Pour les apprentis : 

  • Pour les majeurs, une aide de 500 euros pour le passage du permis de conduire sera octroyée
  • Les moins de 20 ans en CAP ou en BAC PRO percevront 30€ d’augmentation
  • 15 000 jeunes apprentis pourront intégrer les « ERASMUS pro » d’ici la rentrée 2022

Pour l’assurance chômage : 

  • Les démissionnaires ayant un projet de création d’entreprise ou de reconversion professionnelle auront désormais les mêmes droits que les autres assurés en recherche d’emploi.
  • Les indépendants, s’ils connaissent une liquidation judiciaire, bénéficieront d’un coup de pouce de 800€ par mois pendant 6 mois sans cotisation supplémentaire.

Pour l’égalité hommes-femmes : 

  • Les employeurs auront 3 ans pour mettre en place l’égalité salariale.
  • Pour les salariés à temps partiel, qui sont à 80% des femmes auront accès aux mêmes droits à la formation que les salariés à temps plein.

Pour les travailleurs handicapés : 

  • Avec l’élargissement du périmètre de l’obligation d’emploi, près de 100 000 postes seront ouverts aux personnes en situation de handicap.
  • Chaque CFA devra avoir un référent handicap. Les postes de travail ainsi que les enseignements prévus seront adaptés.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du Ministère du Travail.

 

L'avis de nos élèves : Educatel

4.3/5 sur 303 avis
Très bonne école...
doffou-richard
Très bonne école et un service de communication au top....
djamel
Très bien...
frédérique
Très bien dans l ensemble...
jonathan
Contactez-nous

Demande de rappel

Un projet de formation ? Nous vous appelons !*

callback

Planifier un rappel :

Jour
Heure

Merci de renseigner les champs obligatoires

thank you

Merci et à très vite

Un conseiller vous recontactera pour vous renseigner ou vous accompagner dans votre projet de formation.