DU LUNDI AU VENDREDI DE 9H à 17H

01 46 00 68 98

800 postes créés dans la petite enfance !

La scolarité obligatoire à l’âge de 3 ans est planifiée pour la rentrée 2019. Pour accompagner cette mesure, le ministère de l’Éducation nationale prévoit la création de 800 postes dans la petite enfance.

Une réforme d'envergure

Fin mars 2018, à l’issue des Assises de la maternelle organisées et animées par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, le gouvernement a décidé de rendre obligatoire la scolarité à l’âge de 3 ans dès la rentrée 2019.

Cet abaissement de l’instruction obligatoire à l’âge de 3 ans, au lieu de 6 ans aujourd’hui, est une forme de reconnaissance du rôle essentiel de la maternelle.

Reconnaissance également des missions accomplies par les professionnels titulaires du CAP Petite Enfance, diplôme phare du secteur, qui change de nom et devient le CAP Accompagnant Éducatif Petite Enfance à compter de la session 2019 de l’examen.

La maternelle comme premier lieu d’apprentissage

Qu’à l’école maternelle l’instruction soit avant tout orientée vers l'acquisition du langage et l'épanouissement de l'enfant, tels sont les enjeux de cette réforme.

Les sciences cognitives, en particulier la psychologie, ont en effet démontré l’importance des premières années de vie dans l’apprentissage. La situation cognitive précoce (entre 0 et 5 ans) a un impact sur la réussite scolaire, le niveau d’études et l’insertion professionnelle.

Recrutements annoncés dans le secteur de la petite enfance

La réforme de la scolarité obligatoire à l’âge de 3 ans, qui devra d’abord passer par une loi, concernera environ 26 000 enfants, 97% des enfants de 3 ans étant déjà scolarisés.

Le recrutement de 800 professionnels de la petite enfance annoncé par le ministère de l’Éduction nationale vise non seulement à mieux entourer cet effectif supplémentaire, mais aussi à pallier au surnombre des classes maternelles à l’heure actuelle.

Ces classes sont en effet surchargées, avec en moyenne 25,5 élèves par classe ces trois dernières années. Il s’agit là du nombre maximal d’enfants autorisé dans la plupart des pays européens.

Belle perspective pour les enfants mais aussi pour les futurs ATSEM (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) et titulaires du CAP Accompagnant Éducatif Petite Enfance !