DU LUNDI AU VENDREDI DE 9H à 17H

01 46 00 68 98

Santé et paramédical : ces professions exigent de la passion

On ne joue pas avec la santé. Pour travailler dans les métiers du secteur, il faut donc apprendre un minimum de bases et se former aux techniques de soins. Ce ne sont pas des métiers qui nécessitent absolument une vocation, mais ils exigent des candidats qui se passionnent pour ce qu’ils feront.

Quelles qualités faut-il posséder pour réussir dans le secteur ?

Ces métiers demandent une implication personnelle importante. Il faut aimer les autres pour pouvoir s’y épanouir. Il faut aussi s’accommoder des procédures, être capable de respecter les process et être précis. Il faut s’avoir s’organiser et avoir une sorte de leadership individuel, dans le sens où le soignant doit être capable de prendre des initiatives, de faire face à des situations d’urgence et de se charger de missions. Le candidat doit aussi être capable de coacher et de tutorer la personne soignée. Il doit enfin savoir interagir avec les familles et dialoguer de manière efficace avec le patient et les médecins. C’est ce qui fait la différence. Enfin, il faut de plus en plus savoir maîtriser les nouvelles technologies car elles sont davantage utilisées pour la transmission d’informations. Par le biais d’ordinateurs portables ou de smartphones, il deviendra possible de partager des informations de manière protégée. Des systèmes avec caméra seront aussi utilisés pour que l’infirmière puisse avoir les conseils du médecin, par exemple. Il sera donc demandé de maîtriser cet outillage.

Ne faut-il pas posséder une certaine résistance physique ? Ces métiers ont la réputation d’être éprouvants…

 Ils consistent à compenser l’insuffisante puissance de l’autre par sa propre énergie, c’est certain. Cela dit, ils deviennent de moins en moins pénibles grâce aux avancées technologiques. Il existe des lits médicalisés qui facilitent le travail pour déplacer un patient, par exemple. La notion de pénibilité n’est plus la même aujourd’hui.

Ces métiers exigent néanmoins la capacité à être en contact avec le corps de l’autre…

Ce rapport au corps n’a rien d’inné, c’est quelque chose qui s’apprend. En revanche, il est essentiel de savoir résister au stress. Ces métiers imposent de se confronter à des situations diverses et changeantes, il faut être capable de s’adapter. S’ils ont fait des stages dans des domaines diversifiés, les candidats devront donc le valoriser lors de leurs entretiens.

Les horaires ne sont-ils pas contraignants ?

Le secteur présente des horaires spécifiques comme le travail de nuit ou le week-end. Mais l’avantage consiste au fait que les contraintes horaires s’adaptent souvent à la façon de vivre et aux besoins des salariés. Il est possible de travailler plus une période de sa vie si l’on a besoin d’argent pour un prêt ou autre.

Quelles perspectives d’évolution offrent les métiers de la santé et du paramédical ?

Dans le cas des infirmiers, c’est l’un des rares domaines où l’on peut commencer très vite à travailler, s’arrêter, puis reprendre sans trop de difficulté. Il est possible aussi de recommencer des études plus tard pour évoluer dans la profession. L’infirmier peut changer de statut pour passer libéral, puis devenir chef d’entreprise. Cette souplesse est d’autant plus rare que le métier est accessible après seulement trois années de formation.

 Un poste offre-t-il plus d’opportunités que d’autres ?

Celui d’aide-soignant. Il requiert une formation qui est diplômante et est très valorisé sur le marché. Le métier offre aussi la possibilité de travailler de façon autonome. De manière générale, le soin à domicile se développe de plus en plus, les besoins se feront donc croissants avec le vieillissement de la population.

 Source : Rebondir n°210 février 2014